psychomotricien-aveugle

August 27, 2018

Fiche métier : le travail complémentaire d'un psychomotricien et d'un ergothérapeute

PANDA est parti à la rencontre de Carol Gay Brown, psychomotricienne et instructrice de locomotion au sein de l’association Guinot pour les aveugles et malvoyants. Grâce à cette rencontre, nous avons découvert quelques-unes des solutions existantes pour aiguiller une personne aveugle congénitale.

 

 

Découvrir les approches psychomotrices et sensorielles de la déficience visuelle

Les actions globales liées au mouvement du corps, à l'expression et aux relations sociales

 

La complémentarité des métiers de psychomotricien et d'ergothérapeute

Le psychomotricien traite des troubles du mouvement et du geste, c'est-à-dire  à des difficultés psychologiques exprimées par le corps, en agissant sur leurs fonctions psychomotrices : difficultés d'attention, problèmes pour se repérer dans l'espace ou dans le temps...

Dans le cadre de séances de rééducation individuelles ou collectives, ce spécialiste évalue les capacités psychomotrices de son patient et recherche l'origine de ses problèmes. Il contribue ainsi à la réhabilitation et à la réinsertion psychosociale du patient et l'accompagne, ainsi que son entourage, tout au long d'un projet thérapeutique. 

L’ergothérapeute intervient auprès de populations en situation de handicap. L’essentiel étant que la personne arrive seule à effectuer les gestes du quotidien et ne dépende plus d’une tierce personne. Il apporte les aides techniques nécessaires à l’autonomie de la personne : aménagement du mobilier, communication, habillage, hygiène, alimentation.

 

Psychomotricité et déficience congénitale

L’enfant malvoyant a un développement psychomoteur plus lent que l’enfant normal car il doit pallier au manque d’information visuelle par le développement de ses autres sens et intégrer ces diverses informations pour structurer son environnement. Une prise en charge précoce par une équipe pluridisciplinaire incluant de façon importante les parents permettra cependant un développement harmonieux.

 

« Si l’œil c’est la vision, le regard c’est, très tôt, un moyen de relation » - L’aube des sens

 

Propos reccueillis lors de notre entretien avec Carol Gay Brown :

Un non-voyant de naissance, ne va pas écouter naturellement, il va juste être noyé dans un bruit, il faut apprendre à mettre en place ce qu’on appelle le filtre auditifLe bébé entend tout, et il entend mieux qu’il ne voit à la naissance. Petit à petit, ses yeux vont se former, la vision va se développer, le bébé voyant, va pouvoir aller chercher du regard l’élément pertinent qui a fait du bruit, et de ce fait, il va filtrer tout le reste, c’est le regard qui permet de faire en sorte, que naturellement, le cerveau réalise ce filtre auditif.

Le bébé non-voyant, ne peut pas fixer son attention avec ses yeux sur ce qui l’intéresse, il va donc tout écouter au même niveau. C’est une des premières choses qu’on apprend aux tous petits, à partir de 2 mois, en psychomot’. On les aide à s’intéresser à ce qu’ils entendent, à faire le tri dans la pertinence des bruits. 

Certains, qui arrivent à l’âge adulte sans avoir fait ce travail ont des troubles de l’attention majeurs, et vont facilement parasiter des rééducations, par exemple, parler d’un coup de choses qui n’ont absolument rien à voir avec la conversation du moment, nous explique Carol Gay Brown.

Si on parle d’éducation, je serais vraiment pour laisser les enfants apprendre d’eux même, toujours les stimuler, leur proposer autant que possible, mais les laisser avoir leurs propres expériences, leurs propres échecs et réussites. « Démerde toi, vas-y bouge ! Tu vas te cogner, mais c’est pas grave »

 

Si on parle d’éducation, je serais vraiment pour laisser les enfants apprendre d’eux même, toujours les stimuler, leur proposer autant que possible, mais les laisser avoir leurs propres expériences, leurs propres échecs et réussites. 

 

Le développement de la personne aveugle ou malvoyante

Les troubles liés à la cécité congénitale

 

Parles-nous de termes propres à la déficience visuelle 

Le blindisme : je définirais ça comme un trouble du développement sensori-moteur spécifique de l’enfant déficient visuel qui se traduit par des gestes atypiques, stéréotypés, par exemple, des balancements, des mouvements de têtes, ils se mettent souvent les poings ou les doigts dans les yeux par exemple. Le bébé « lambda » est stimulé visuellement, tout le temps, comme le bébé DV n’a pas cette stimulation, il va aller la chercher dans l’oreille interne, dès qu’il commence à comprendre qu’il peut se mouvoir, il sent son corps vraiment différemment, cela amène ces comportements dits atypiques. C’est un vrai handicap dans la relation sociale.

Le verbalisme : c'est un apprentissage intellectuel et cognitif surinvestit. Ils apprennent beaucoup de mots, ils seront très à l’aise, ça sera ça, leur force, un vocabulaire très riche. Le problème, c'est qu'ils ne font pas de réelles associations ou expérimentations avec les mots en questions. Ils vont employer des mots sans en connaitre le sens. On peut aboutir à des définitions erronées de certains mots.

 

Une anecdote pour illustrer ce que tu viens d’expliquer ?

Un monsieur, non voyant de naissance, me disait, en touchant son ventre, que son ventre était plat, alors que le monsieur en question était en surpoids et son ventre n’était pas vraiment plat. En fait, il associait le mot plat, uniquement au balayage de la main, pour lui, passer sa main sur quelque chose, cela voulait dire "plat", le mot n’est pas adapté à la bonne expérimentation, tout simplement parce qu’un jour on lui a dit « touches ici, c’est plat » en lui faisant toucher par exemple une table, lisse et plate. Etant donné que cette expérience a été la seule, où on a essayé de lui expliquer le mot plat.

 

Acquérir, retrouver ou conserver son autonomie

Faciliter la prise de repères corporels et sensoriels dans l’espace

 

Comment-tu t'y prends pour palier avec les problèmes rencontrés ?

Il faut qu’ils vivent les choses avec leur corps. Il faut toujours associer une expérience à des mots. Il faut multiplier les expériences.

Si tu dois expliquer certaines choses à un enfant déficient visuel, par exemple la représentation de ce qu’est un animal, le mieux est d’aller directement au contact de l’animal, créer une expérience multi-sensorielle et l’accompagner d’explications précises.

Par exemple, un chien, il ne faut pas juste le caresser, il faut le toucher, partout, montrer qu’il y a des oreilles, une truffe, la gueule, les pattes, les coussinets... Inciter l’enfant à toucher, toujours, car souvent, les non-voyants vont développer une phobie du toucher, il faut prendre le temps de leur apprendre. 

Si tu veux expliquer ce qu’est une girafe, ou encore un lion, un animal sauvage, que l’enfant ne pourra pas aller toucher, lorsque tu présentes une figurine pour que l’enfant puisse imaginer la forme, il est bon de toujours veiller aux notions d’échelles et d’explications au niveau des textures.

 

Tu peux nous donner un exemple d'une capacité plus développée chez les aveugles de naissance ?

Le sens des masses. C’est la capacité à détecter ou non la présence d’une masse dans un environnement. Soit détecter quelque chose, soit de détecter l’absence de quelque chose. C’est différent de l’écholocation, qui se fait à partir d’un bruit volontaire, alors que le sens des masses, on a pas besoin d’émettre un bruit, ce sont les bruits ambiants qui se répercutent sur les masses et que l’on distingue ou non. Nous avons tous ce sens, mais qui est très peu développé. Les non-voyants de naissance ont un super sens des masses, et lorsqu’ils veulent aller plus loin, développer ce sens, ils font de l’écholocation. Ceux qui maitrisent ça bien, c’est bluffant, ça fait un peu « X-Men ».

 

 

MERCI CAROL !

 

Pour aller plus loin:

  • Découvrir les différents troubles de la cécité congénitale, ici
  • Voir l'interview complet de Carol, ici
  • Carol vous conseille les publications de Hatwell
  • PANDA vous conseille le guide de l'ANPEA (association nationale des parents d'enfants aveugles)

 

www.panda-guide.fr

Crédit photo : AFP/Archives Franck Fife

Sources internet :

  • Psychomotricité de l'enfant malvoyant. 
  • https://www.supsante.com/infos-etudes-sante/index.php/psychomotricien-et-ergotherapeute-deux-metiers-complementaires
  • https://www.orientation-pour-tous.fr/metier/psychomotricien,14094.html

Soufian-vignette-627px

Soufian de PANDA Guide
Dénicheur de talents